Grâce à une corde improvisée le long de la tour, le jeune Boabdil put s'enfuir, alors que sa mère demeurait captive. Là, sous le lierre, au dessus de la source, subsiste la marque de Fatimah.