Vous rappelez-vous du jour de tournage de cette émission ?

Oui, parce que c'est très facile, c'était le 1er avril 1981, et ce n'était pas une blague ! C'était le matin pour des questions de liaison avec la Yougoslavie.

(la diffusion a eu lieu sur Antenne 2 le 9 août 1981)

Aviez-vous déjà regardé les 3 émissions déjà diffusées avant le tournage de la vôtre ?

Oui, et on nous a montrés la cassette de Bonifacio dans les locaux de Télé Union, sur les Champs Elysées. Les candidats ayant perdu, ce n’était pas encourageant...

Philippe Gildas accueille les candidats Les candidats ont vu les quelques émissions déjà diffusées en cette première saison Les candidats sont très à l'aise sur le plateau de télévision

Pourquoi vous êtes-vous portés candidats pour cette émission ?

On nous a sollicités à cause d’une défection, et car Pierre avait gagné deux jeux télévisés, « Pièces à conviction » (sur une enquête historique) et surtout « La Tête et les Jambes » les 5 semaines, avec des « Jambes » venues du Canada pour couper du bois, du temps de Pierre Bellemare en 1975 (qu’il a failli d’ailleurs remplacer peu après pour présenter l’émission).

Générique de "La Tête et les Jambes" Pierre Bellemare présentait "La Tête et les Jambes". Notre candidat Pierre Echinard a failli le remplacer. 24 novembre 1975 : Pierre Echinard répond aux questions de Pierre Bellemare dans "La Tête et les Jambes"

Combien de jours au préalable avez-vous été prévenus avant le tournage ?

Nous n'avons pas de souvenirs précis, mais c’était assez court, par téléphone : « Bonsoir, c’est Antenne 2, en vue d'une émission pour le 1er avril, oui, oui. Nous vous téléphonons de la part de Roger Benamou (réalisateur de "La Tête et les Jambes"). » Donc, nous y avons cru !

Comment avez-vous été pris en charge pour votre venue à Paris ?

Nous avons été hébergés dans un hôtel du 8ème arrondissement, frais couverts, proche des Champs Elysées. Comme nous connaissions Paris, nous n’avons pas été pilotés. Nous avons pris un repas en commun à la cantine des studios de Boulogne.

Les candidats sont tous les 2 historiens et l'énigme ne va pas leur résister bien longtemps ! Pierre Echinard est professeur d'histoire-géographie Hélène Echinard est également professeur d'histoire-géographie

Avez-vous des souvenirs précis, des anecdotes, par rapport à ce tournage ?

Tout d'abord, le texte de l'énigme contient le "25 mai", qui est la date de mon anniversaire ! Ce fut une heureuse coïncidence ! Ensuite, concernant Philippe Gildas, qui a été très sympathique (hors antenne) ainsi que toute son équipe. Pendant l’émission il faisait sans cesse planer des doutes sur les options que nous avions prises dès le départ, et qui étaient les bonnes. Mais c’était sans doute de bonne guerre, dans l’intérêt du jeu. Nous gardons un excellent souvenir et de l’émission et de ses à-côtés.

La première énigme contient la date d'anniversaire de la candidate, le 25 mai ! Philippe Gildas essaye de faire faire un détour aux candidats, mais ils tiendront bon et Philippe de Dieuleveult ira bien là où le désirent ! Les candidats gardent un très bon souvenir de Philippe Gildas

Avez-vous gardé des contacts avec les membres de la production jusqu'à la diffusion, ou après la diffusion ?

Un certain temps... Télé Union voulait promouvoir l’émission en Yougoslavie avec nous, mais cela n’a pas abouti.

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse au Trésor » et Philippe de Dieuleveult ?

C'est une bonne idée, bravo pour votre initiative ! Bien sûr, la fin tragique de Philippe de Dieuleveult nous a beaucoup peinés et nous relisons avec émotion son ouvrage « J’ai du ciel bleu dans mon passeport ». Il fait allusion à notre émission à la page 181.

Un couple uni dans les recherches, uni dans la joie après la victoire, et uni dans un geste très tendre en fin d'émission Pierre Echinard est aujourd'hui un professeur retraité... mais un historien très actif ! Hélène Echinard continue également de s'impliquer dans de nombreuses activités associatives et dans l'écriture

Hélène et Pierre Echinard sont tous les deux retraités de l’enseignement (professeurs d’histoire-géographie en lycée), ils écrivent des livres d’histoire, font des conférences, montent des expositions, ensemble ou dans le milieu associatif ou chacun de leur côté : Hélène, c’est surtout l’histoire des femmes avec depuis peu, un jeu des 7 familles, « femmes de Marseille », Pierre c’est toute l’histoire de Marseille, il dirige aussi « Marseille », la revue culturelle de la Ville et donne des cours à l’Université d’Aix.

Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Pierre Echinard est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages Hélène Echinard est également auteur de plusieurs ouvrages

Pierre Echinard dirige "Marseille", la revue culturelle de la ville de Marseille. Vous y lirez régulièrement des articles de Pierre et Hélène Echinard.

Ils ont regardé avec assiduité "La Chasse au trésor" en famille avec leurs 2 garçons, remarquant que Philippe de Dieuleveult prononçait souvent l'expression "Paris, j'ai" lorsqu'il trouvait un trésor : « A chaque fois que nous cherchions quelque chose dans la maison, le premier qui la trouvait s'écriait alors "Paris, j'ai" ! ».

Philippe présente le fume-cigarette de Tito, en s'écriant comme à l'accoutumée "Paris, j'ai !". Cette réplique restera un symbole dans la famille Echinard.

Témoignage recueilli en juin 2007