Vous rappelez-vous du jour de tournage de cette émission ?

C'était le 18 décembre 1980. Nous étions arrivés la veille.

Les candidats accueillis par Philippe Gildas Philippe Gildas lit le texte de l'énigme aux candidats Bernadette et Jean-Pierre Dardenne

Combien de jours au préalable avez-vous été prévenus avant le tournage ?

Très peu de temps auparavant, quelques jours à peine, par notre relais à la RTB.

Comment avez-vous été pris en charge à votre arrivée à Paris ?

Nous sommes venus tous les 2 à Paris comme des grands ! Un taxi est venu nous chercher en gare du Nord. Je me souviens qu'il y avait des grèves dans Paris, des embouteillages, et que le taxi avait mis énormément de temps pour rejoindre ensuite les Champs Elysées où nous avions rendez-vous dans les bureaux de Télé Union. Nous sommes arrivés en retard...

Pourquoi vous êtes-vous portés candidats pour cette émission ?

Nous ne nous sommes pas portés candidats ! En fait c'est l'une de nos connaissances, qui travaillait à la RTB, qui a pensé à nous. Je crois que c'était en remplacement d'autres candidats pressentis mais qui s'étaient désistés, semble-t-il. Cette personne savait que Jean-Pierre était travailleur indépendant, et elle se disait qu'il aurait plus de facilité que quiconque pour pouvoir se libérer un jour en semaine en vue d'un tournage en dernière minute.

Des personnes rapidement disponibles, voilà ce que cherchait une connaissance de Jean-Pierre et Bernadette, dans sa quête de candidats pour la RTB Bernadette Dardenne est assistante de son mari, qui est avocat Jean-Pierre Dardenne et Philippe Gildas

Avez-vous passé des tests de sélection ?

Non, on nous avait simplement demandé si on voulait participer à un jeu télévisé. Honnêtement cela me faisait un peu peur, car quand on voyait déjà certains jeux à l'époque, je ne voulais pas participer à un programme où les candidats n'étaient pas mis en valeur... Et on nous a rassurés en nous présentant le principe général de ce nouveau jeu, une énigme à résoudre sur la base d'une documentation, cela changeait de ce qu'on voyait à la télé, et c'était tous frais payés, donc on a accepté !

L'émission n'était pas encore diffusée en Belgique en décembre 1980, vous a-t-on expliqué en détails son fonctionnement ?

Oui, c'est d'ailleurs pour cela que nous étions convoqués la veille chez Télé Union. On nous a expliqué le déroulement de l'émission en nous montrant une maquette qui avait été enregistrée. On a insisté sur le fait qu'il fallait avoir beaucoup de présence, beaucoup parler, car on ne savait pas à l'avance quelles images seraient gardées, celles du studio ou celles du terrain. Cela a duré assez tard et nous ne sommes allés dîner que vers 22h00 avant de rejoindre l'hôtel. Le lendemain un taxi est venu nous chercher pour nous amener au studio vers 9h00/9h30. On devait commencer le tournage le matin même, mais la liaison sonore était vraiment très mauvaise, c'était impossible de dialoguer avec Philippe de Dieuleveult. Cela a traîné toute la matinée, nous sommes allés déjeuner dans le centre de Paris, et on a finalement commencé l'émission durant l'après-midi. La liaison n'était pas vraiment meilleure. On a d'ailleurs eu des difficultés avant de comprendre que le trésor avait été trouvé. Nous n'avions pas les images !

Avez-vous d'autres souvenirs aussi précis de ce tournage ?

Je me souviens que Philippe de Dieuleveult avait pris des risques, non assurés je pense, en descendant de l'hélicoptère... à la corde ! Jacques Antoine était tout blanc en studio, ce genre de risques ne devait pas être prévu dans les contrats d'assurance... Je me rappelle aussi que nous avons tourné 2 fois la fin, les "félicitations". Le réalisateur estimait que nous ne regardions pas la bonne caméra, alors on nous a demandé de le refaire. Ensuite nous avons eu droit au Champagne !

Pour la première fois, Philippe de Dieuleveult va tenter une prouesse en descendant de l'hélico en rappel avec sa corde Première prouesse en direct pour Philippe qui est bien moins effrayé que Jacques Antoine, témoin sonore de la scène... Philippe descend avec sa corde dans un lieu où l'hélico ne peut pas se poser

Un quart d'heure plus tard, Philippe s'installe sur le patin de l'hélicoptère pour un vol de 2 minutes  Philippe doit rester sur le patin en dehors de l'hélico car il a embarqué un passager pour le guider

Votre participation en tant que premiers candidats belges vous a aussi valu les honneurs de la presse !

Une journaliste est effectivement venue chez nous avant la diffusion. Cela a fait l'objet d'un article dans "La Nouvelle Gazette", qui est vraiment un journal local des alentours de Charleroi, et d'un autre dans "La libre Belgique" qui est une édition nationale. Certains propos relatés dans ces articles sont un peu exagérés, par exemple nous n'avons jamais eu d'entretien avec une animatrice de la RTBF !

 

Cliquer pour agrandir l'article de "La Nouvelle Gazette" du 24 avril 1981  
Cliquer ici pour agrandir l'article de "La Nouvelle Gazette"
du 24 avril 1981

(format PDF - 607 Ko)

 

Cliquer pour agrandir l'article de "La libre Belgique" du 25 avril 1981  
Cliquer ici pour agrandir l'article de "La libre Belgique"
du samedi 25 avril 1981

(format PDF - 162 Ko)

 

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse aux Trésors » et Philippe de Dieuleveult ?

C'est une initiative bien sympathique ! Ce fut un grand plaisir d'évoquer ce bon souvenir !

La "Chasse au trésor"... c'est aussi notre cuisine équipée ! Nous avons du déménager peu de temps après le tournage suite à un incendie, et c'est avec nos gains que nous nous sommes offerts notre nouvelle cuisine !

Jean-Pierre Dardenne est toujours avocat, et sa femme Bernadette est toujours son assistante. Ils ont 4 filles, Bernadette était d'ailleurs enceinte lors du tournage : « J'ai accouché le 29 janvier, un mois et demi après le tournage. Mais l'émission n'a été diffusée que le 26 avril. Certaines personnes qui nous connaissaient, mais qui ne savaient pas que nous avions tourné en décembre, et savaient que j'avais accouché, se sont demandées si j'étais de nouveau enceinte ! »

Ils n'avaient pas la télévision quand l'émission a été diffusée : « Nous sommes allés la voir chez la grand-mère de Jean-Pierre. Ma fille de 2 ans 1/2 avait d'ailleurs dit : "Oh, Papa et Maman à la sébion !" »

Nous avions d'ailleurs pris des photos de la télévision au moment où on nous voyait à l'écran avec Philippe Gildas !

Bernadette et Jean-Pierre avaient pris quelques photos du téléviseur durant la diffusion de l'émission !  La même photo en couleur, extraite avec les outils informatiques d'aujourd'hui !

Témoignage recueilli en octobre 2006