Quel est le nom de la compagnie qui a fourni l'hélicoptère pour ces émissions ?

C'est Publi Air, à Grimbergen, la compagnie pour laquelle je travaillais. Il y avait plusieurs Jet Ranger dans le parc d'hélicoptères de la compagnie, et ce n'est pas toujours le même qui a été utilisé.

Hector Lecomte devant l'un des Bell Jet Ranger du parc d'hélicoptères de Publi Air Philippe a emprunté les Bell Jet Ranger de Publi Air dans 6 émissions Les Jet Ranger de Publi Air sont peints en orange et blanc
L'hélicoptère au pied d'un moulin de Flandres L'hélico sur une plage de la côte belge Une belle machine au milieu de la forêt ardennaise belge

Vous rappelez-vous du jour de tournage de ces émissions ?

J'ai retrouvé toutes les dates sur mes carnets de vol :

- Vianden : arrivée sur place le 5 janvier 1981, repérages le 6, tournage le 7 janvier 1981 (et retour direct à Grimbergen)

- Bruges : mise en place et repérages le 24 mars 1981, tournage et retour le 25 mars 1981

- Namur : mise en place et repérages le 18 avril 1981, tournage et retour le 19 avril 1981

- Saint-Hubert : mise en place et repérages le 6 mai 1982, tournage et retour le 7 mai 1982

- Coxyde : mise en place et repérages le 10 mai 1982, tournage version française le 11, tournage version hollandaise et retour le 12 mai 1982

- Spa : mise en place et repérages le 4 mai 1983, tournages et retour le 5 mai 1983

Philippe présente Hector lors de la seule émission tournée au Luxembourg, près de Vianden Philippe et Hector à Bruges
Philippe et Hector à Coxyde Philippe et Hector à Saint Hubert

Quelles émissions ont été tournées en versions étrangères ?

Coxyde a ensuite été tournée avec le reporter néerlandais. Spa a d'abord été faite avec le reporter italien, puis avec Philippe, et ensuite avec le reporter suédois.

Pourquoi est-ce vous, en particulier, qui avez été choisi pour piloter dans cette émission ? Connaissiez-vous l’émission ? Y teniez-vous particulièrement ?

Lorsque j'ai fait la première émission, en janvier 1981, la diffusion n'avait pas encore commencé en Belgique donc je ne la connaissais pas. Je pense que c'est la RTB qui a suggéré mon nom quand elle a été contactée pour organiser le tournage. J'étais le pilote qui travaillait le plus pour la télévision belge, et pour la télévision luxembourgeoise aussi. Il n'y avait pas d'hélicoptère privé au Luxembourg à cette époque-là. Je pilotais pour un journal télévisé luxembourgeois dans lequel la présentatrice Michèle Etzel était installée à bord à côté de moi, mais dos au cockpit sur un siège retourné, filmée par un caméraman assis à l'arrière. Le fait de présenter depuis l'hélicoptère ne présentait pas vraiment un grand intérêt, mais cela avait énormément de succès !

Michèle Etzel a présenté le journal télévisé de RTL depuis un hélicoptère piloté par Hector Lecomte

Vous aviez donc l'habitude des prises de vues aériennes en rase mottes ?

Pas avec le JT, mais je couvrais toutes les courses cyclistes en Belgique, au Luxembourg, et même au Pays Bas. J'ai une fois couvert le Tour de France quand il est venu en Belgique pour une étape Roubaix-Bruxelles. C'était du temps où le caméraman était à moitié dehors une jambe sur le patin ! Maintenant ce n'est plus comme cela, il est confortablement assis à l'intérieur et il télécommande la caméra extérieure ! Je peux vous dire qu'on n'avait pas chaud quand on suivait des courses en plein hiver, avec une porte en moins, nous portions des combinaisons utilisées par les employés des entrepôts de produits surgelés...

Pour l'émission à Bruges, le directeur de l'aviation civile m'avait prévenu : "Hector, pas de rase mottes, attention au ticket..." Le "ticket" c'était comme une sorte de permis de voler, mais à points. A chaque "bêtise" on recevait un ticket, et quand on avait je ne sais plus combien de "tickets", on perdait notre licence de vol... Mais je n'ai pas résisté à l'envie de faire de belles prises de vue des canaux, le caméraman était très content d'ailleurs ! Quand on est revenu après l'émission, l'aviation civile m'a redemandé "Pas de rase mottes ?", et j'ai répondu "Non, non, pas de rase mottes..." Et j'ai reçu un appel téléphonique dès le lendemain de la diffusion de l'émission, me disant que j'avais droit à mon "ticket" !!!

Vol rasant sur le canal pour faire de belles images... Tarif : 1 ticket !

Les producteurs vous avaient-ils contacté pour la préparation de ces émissions, bien avant les tournages ? Avaient-ils fait une reconnaissance aérienne des lieux, par exemple ?

Non, je ne m'en souviens pas, c'est tellement loin tout cela ! Mais on a fait un repérage la veille de chaque tournage.

Comment se sont passés les repérages ? Pouviez-vous vous poser à peu près n'importe où, ou aviez-vous repéré des endroits cibles à proximité de chaque trésor ?

On repérait les possibilités d'atterrissage près de chaque trésor, ou dans les lieux où les candidats étaient susceptibles d'aller. Pour l'émission à Vianden, par exemple, je savais qu'on allait devoir faire la tournée de plusieurs châteaux. Lors du repérage, je me suis rendu compte qu'il y en avait un près duquel on ne pouvait pas se poser, à cause des arbres. Le lendemain, quand De Dieuleveult m'a demandé d'y aller, je me suis rendu compte que tous les arbres avaient été élagués ! Je me suis vraiment demandé comment les préparateurs avaient fait pour pouvoir raboter ces arbres aussi vite !

Des arbres élagués et l'atterrissage est possible

Avez-vous d'autres exemples de cette préparation minutieuse ?

L'émission à Spa était vraiment compliquée à préparer. La séquence sur le circuit automobile ne présentait pas de difficulté particulière. Mais il y avait celle avec les ULM. Au départ les producteurs envisageaient quelque chose de très compliqué. Le caméraman suivrait en ULM Philippe qui serait lui-même dans un autre ULM. Mais le poids du caméraman avec son équipement était trop important pour les ULM de l'époque, et on a décidé de suivre Philippe avec l'hélico. Mais il fallait que je n'aille pas trop près pour éviter de perturber la trajectoire de l'ULM avec le souffle du rotor. L'atterrissage sur le pont près de la cascade de Coo s'averrait également délicat, et j'ai demandé que les fils téléphoniques soient descendus le long du pont, et que les piquets soient enlevés.

L'émission à Spa a demandé beaucoup de préparation mais Hector reste imperturbable, arrivant en pédalo ! 2 U.L.M. suivis - de loin - par l'hélicoptère Des poteaux et un câble enlevés et l'atterrissage sur le pont devient possible !

N'avez-vous pas frôlé l'accident à Saint-Hubert ?

Oui, je me souviens, c'était à la fin, au château de Mirvart. La veille, on avait repéré l'atterrissage qui ne posait pas de problème. Mais le lendemain, je ne me suis peut-être pas posé exactement au même endroit, j'étais sur une petite butte, et quand Philippe et son équipe sont descendus, avec leur poids et celui du matériel en moins, l'hélico a basculé vers l'arrière car le centre de gravité a changé très rapidement. Le rotor arrière a failli toucher des petits arbres, mais quelqu'un à l'extérieur a crié et m'a fait de grands signes, et j'ai redressé en douceur.

Vous rappelez-vous de la séquence avec les chevaux à Oostduinkerke ?

Oui, mais ce n'était pas bien compliqué non plus. Il suffisait de garder ses distances. A un moment, j'ai quand même dû m'approcher pour récupérer Philippe dans l'eau. J'étais descendu à 1 mètre, il s'était agrippé au patin, et je suis revenu au dessus du sable. Mais il ne s'en était pas rendu compte, il était trempé et se fatiguait à essayer d'escalader le patin, alors qu'il avait pied sur le sable !

Philippe se fatigue pour remonter dans l'hélico... alors qu'il a pied  !

Je me souviens aussi que les candidats ont mis du temps à résoudre cette énigme. J'avais un œil sur le chrono et je me disais qu'ils n'arriveraient jamais à trouver les 3 trésors !

A force, on se prend au jeu !

Je me suis dit que je pouvais les aider un peu... mais cela ne leur a pas servi. C'est moi qui montre la tour où se trouve le 2ème trésor, car je savais bien grâce au repérage qu'il était là... Quand Philippe m'a indiqué qu'il cherchait une tour en ruines, j'y suis allé directement en disant : "C'est pas cela par hasard ?!"

Hector désigne du doigt la tour dans laquelle il sait que le trésor est caché !

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse aux Trésors » et Philippe de Dieuleveult ?

Mais c'est très bien ! Je n'ai pas Internet alors je ne vois pas bien ce que cela représente, c'est pour cela que j'ai préféré vous téléphoner. Le téléphone, ça marche bien et ce n'est pas compliqué ! En tout cas, je me souviens que Philippe de Dieuleveult était très professionnel, c'était un costaud aussi. Il a eu une triste fin. Mais après les 6 émissions je ne l'avais jamais revu.

 

Hector Lecomte est pensionné depuis 1995. Il n'a jamais plus piloté depuis sa retraite. « Durant ma carrière, j'ai passé trop peu de temps avec ma femme, à l'exception d'un voyage professionnel en Autriche où j'ai pu l'emmener avec notre chien. J'ai toujours dit que je ne piloterai plus quand je prendrais ma pension, et je tiens parole. » Mais Anne-Marie reste encore quelquefois seule, quand Hector se rend à une compétition de billard !

Hector est un passionné de billard

Témoignage recueilli en mai 2003