Vous rappelez-vous du jour de tournage de cette émission, le pilote de l'hélicoptère nous a indiqué que c'était le 24 avril 1981 ?

C’était effectivement le 24 avril 1981.

Un certain Monsieur Mézerette nous avait donné rendez-vous le jeudi 23 avril, à 16 h, à "Télé-Union", pour une sorte de briefing. Je suis à peu près certain que c’est à ce moment qu’on nous a présenté une "maquette" de l'émission.

(la diffusion a eu lieu sur Antenne 2 le 23 août 1981)

Philippe Gildas accueille André et Laurette

André et Laurette arrivent de Québec

Philippe Gildas remet l'énigme aux candidats

Combien de jours au préalable avez-vous été prévenus avant le tournage ?

Nous avons été prévenus par téléphone et par lettre, plusieurs semaines avant le tournage, par les responsables de l’émission à Radio-Canada (Montréal). Radio-Canada était alors l’un des partenaires de cette production au titre de membre de la "Communauté des télévisions francophones".

Comment avez-vous été pris en charge pour venir de si loin ?

Nous avons passé une semaine à Paris, puis une autre au Caire, en vacances. C’est une personne de l’équipe de Radio-Canada stationnée à Paris qui nous accueillis à Roissy, et qui nous a installés à notre hôtel, le "Belmont", un 3 étoiles situé au 30, rue de Bassano, tout près des Champs Élysées, dans le voisinage des bureaux de la Société Radio-Canada. "Télé-Union" a pris en charge les frais d’hôtel, de déplacement et de séjour. On devait être disponible 2 jours sur 7 pour les fins de l’émission. Les gens de Radio-Canada à Paris nous ont fait visiter leurs studios, on a pris un bon repas avec eux dans un restaurant asiatique du coin et, un bon matin, on s’est pointé, en taxi, aux studios de Boulogne-Billancourt pour l’enregistrement de l’émission.

André Parent est historien professionnel ; de par son métier il a été immanquablement attiré par l'appel à des candidats pour "La Chasse au trésor" Laurette Parent est professeur, en congé pour élever sa fille de 11 mois André et Laurette font partie des 5 uniques couples de candidats canadiens à avoir participé à "La Chasse au trésor"

Pourquoi vous êtes-vous portés candidats pour cette émission ?

Un soir, Winston McQuade, l’animateur d’une émission culturelle de Radio-Canada intitulée "Télex-Art", a annoncé que la Société était à la recherche de couples férus d’histoire et de géographie pour participer à une émission produite par la Communauté des Télévisions francophones. Comme historien de formation et professeur de géographie, à l’époque, je me suis senti interpellé. Je n’avais (et n’ai toujours) aucun penchant pour les jeux télévisés.


C'est dans cette émission de Radio-Canada présentée par Winston McQuade
que l'appel à candidatures a été lancé pour "La Chasse au trésor".

Comment avez-vous postulé ?

L’annonce de McQuade a attiré mon attention et j’en ai parlé à Laurette, très intéressée à son tour, dès le lendemain. J’ai communiqué avec Radio-Canada dans la journée. Les gens du service des relations avec l’auditoire n’étaient pas au courant. On s’est informé et on m’a rappelé avec quelques détails. Il fallait acheminer une lettre à Radio-Canada et démontrer son intérêt pour le projet. Ce que j’ai fait peu après.

Avez-vous passé des tests de sélection ?

Oui, nous étions peut-être une centaine de couples rassemblés dans le grand amphithéâtre de Radio-Canada, à Montréal, ce samedi-là, pour passer un double test. On nous a d’abord distribué un formulaire comportant 100 questions relativement difficiles de culture générale (exemple : écrivain canadien né à Montréal et auteur du roman "Barney’s Version" ; réponse : Mordecai Richler !) auxquelles nous avons répondu et que nous avons remis aux responsables. Ceux-ci ont compilé les bonnes réponses et déterminé les 10 couples finalistes qui, tour à tour, ont dû monter sur scène et développer "conjointement" devant toute la salle sur le thème de leurs motivations à participer à ce projet. Les 5 couples ayant obtenu les meilleures notes ont été retenus.

Comment avez-vous su que votre candidature était retenue ?

Nous avons reçu un coup de fil ou une lettre quelques jours plus tard. Les 5 couples ont été réunis une fois, à Montréal, peu avant le départ du premier couple pour Paris. Il s’agissait de nous présenter le projet de façon plus exhaustive et de déterminer l’ordre de départ des différents couples, selon les disponibilités.

Avez-vous d'autres souvenirs de ce tournage, ou de votre rencontre avec Philippe Gildas ?

On est arrivés en studio avec la mère de Laurette, qui nous a accompagnés dans ce périple, et à qui on a donné un siège un peu à l’écart, près du régisseur, pour qu’elle ne manque rien de l’action. La carte de la région de Rocamadour constituait le seul décor du studio, derrière une table garnie de livres et de quelques documents. J'ai le souvenir d’une solide poignée de main avec Philippe Gildas, et d’un large sourire. Il est arrivé sur le plateau de l’émission à peine quelques minutes avant l’enregistrement, s’est donné un petit coup de peigne et hop, c’était parti. Nous avons eu une finale d’émission à faire rêver : découverte de l’objet à peine 6 secondes avant le son du gong. Confusion, vérification et verdict : "Mais, vous avez gagné !". Il faut dire que cette aventure, une première pour nous, nous impressionnait passablement ! Depuis, j’ai fait pas mal de télé, mais à l’époque...

André et Laurette avec Philippe Gildas devant la carte de la Dordogne Philippe trouve la croix dans le clocher de la chapelle du château de Cieurac, à 6 secondes de la fin André est plutôt impressionné pour son premier passage à la télévision. Laurette se remet de ses émotions et du suspense qui vient de les mener à la victoire !

Etes-vous allés plus tard en Dordogne sur les lieux de ce tournage ?

Nous sommes effectivement passés dans la région de Rocamadour une fois, avec nos deux filles, entre deux destinations.

Cette émission avait débuté au pied de Rocamadour. Les candidats ont eu plus tard l'occasion d'y aller.

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse aux Trésors » et Philippe de Dieuleveult ?

Il s’agit d’une excellente idée, car ce fut une grande et belle aventure. Par ailleurs, la disparition tragique de Philippe de Dieuleveult a donné à l’ensemble une aura vraiment particulière. L’émission a connu un réel succès au Québec et en Acadie (sauf erreur, elle ne fut pas présentée dans les autres provinces du Canada où, d’ailleurs, la langue d’usage est l’anglais). Les gens se souviennent encore de l’hélicoptère et de celui qui portait un drôle de nom et qui courait un peu partout sur la planète en affrontant tous les dangers pour assister les candidats dans leurs recherches.

Laurette a pris sa retraite de l’enseignement en juin 2008 après 35 belles années comme institutrice au primaire. André l’y rejoindra en septembre 2009. Après avoir été impliqué dans le monde de l’enseignement et de la recherche pendant une vingtaine d’années, il a bifurqué vers le secteur des affaires en se portant acquéreur en 1994 d’une entreprise manufacturière dont il s'est départi une dizaine d’années plus tard. Co-fondateur des "Fêtes de la Nouvelle-France", lesquelles sont présentées depuis 1997 à Québec en août de chaque année, il occupe depuis 2005 la direction générale des opérations de cet événement culturel majeur, le plus important du genre au Canada. Il devrait se retirer définitivement peu après leur prochaine présentation. Il est également conseiller municipal de Lac-Beauport, à 20 kilomètres au nord de la ville de Québec.

Il m'a adressé une photo récente le présentant avec Laurette et sa maman, ainsi que leurs 2 filles. La 2ème n'était pas née en 1981 : « C’est tout à fait extraordinaire de voir ainsi ressurgir cet épisode assez singulier de notre vie qui restera d’ailleurs longtemps gravé dans nos mémoires. Quand nous sommes rentrés à la maison, notre aînée, Anne-Marie, qui allait avoir 1 an le 20 mai, avait déjà fait ses premiers pas. Deux semaines plus tôt, elle ne marchait pas encore. La voir ainsi s’avancer vers nous, sur ses deux petites pattes, à l’aéroport, nous avait complètement jetés à terre, Laurette et moi ! ».

Laurette et André posent en famille, près de 28 ans après le tournage de "La Chasse au trésor".

Toutes les infos sur les "Fêtes de la Nouvelle-France" sur le site : www.nouvellefrance.qc.ca

Témoignage recueilli en janvier 2009