Vous rappelez-vous du jour de tournage de cette émission ? De l'heure approximative ?

Elle a été tournée le 24 mars 1981, à 9 heures du matin. Nous sommes arrivés la veille au soir et, en arrivant à l’hôtel, j’ai dit à mon épouse : "Ce sera sur la Turquie ou la Grèce", car je savais qu’il devait faire jour dans le pays de tournage ; vu l’heure de convocation, c’était forcément un pays à l’Est de la France et pas très éloigné. Malgré cette intuition, je ne me suis pas spécialement préparé à ces pays.

A cette date, l'émission venait tout juste de débuter à l'antenne en France, et elle n'était pas connue du tout du grand public, alors que certains pays (comme la Suisse) l’avaient déjà programmée. Lorsque nous avons été sélectionnés, nous ne connaissions donc pas l’émission ; cependant, j’en avais l’intuition, car Europe 1 avait eu la même émission quelques années auparavant (vers 1974-1975) et j’aimais beaucoup l’écouter ; dans la région d’où je suis originaire, on captait (mal) la SSR qui a diffusé l’émission un peu avant la France, et nous avons pu voir une partie d’une émission sur SSR avant qu’on participe nous-mêmes.

Daniel et Anne Paccoud avec Philippe Gildas Après en avoir tant rêvé, Daniel Paccoud est sur le plateau de "La Chasse au trésor", avec sa femme et Philippe Gildas

Combien de jours au préalable avez-vous été prévenus avant le tournage ?

Notre histoire a été compliquée et elle mérite d’être racontée ! En fait, nous nous sommes déplacés deux fois à Paris (à l’époque, nous habitions Lyon) pour le tournage. Dès que nous avons été sélectionnés, nous avons reçu un coup de fil de Télé Union pour nous demander de venir enregistrer. Je ne me souviens plus de la date, mais c’était fin décembre 1980. Nous devions être une des toutes premières équipes de candidats. Notre voyage (avion et hôtel) a été pris en charge et le lendemain, quand nous sommes arrivés au studio, l’équipe faisait grise mine, car le tournage ne pouvait avoir lieu en raison des mauvaises conditions météo sur place. Ils se sont contentés de nous faire visionner une cassette témoin pour nous montrer le principe de l’émission (je me rappelle que l’émission n’avait pas encore débuté à l’antenne). J’ai pu vérifier ainsi qu’il s’agissait bien de ce que j’espérais : une émission conforme à celle d’Europe 1. Je me souviens aussi que la cassette témoin n’était pas animée par Philippe Gildas. Nous avons découvert après que ce serait lui.

Nous avons donc eu un premier week-end gratuit à Paris !

Puis nous avons été rappelés par téléphone pour le vrai tournage. Il me semble que nous avons été prévenus une dizaine de jours avant.

Pourquoi vous êtes-vous portés candidats pour cette émission ?

Nous ne sommes pas des habitués des jeux télé mais j’aimais beaucoup « La chasse au Trésor » diffusée par Europe 1 le dimanche matin. Cette émission a duré très peu de temps ; j’espérais bien que la version télé serait à peu près la même chose.

Par ailleurs j’appréciais beaucoup les jeux télé « intellectuels » genre « La Tête et les Jambes » (d’ailleurs aussi présentés par Philippe Gildas lors de la version renouvelée de la fin des années 70) qui ont hélas complètement disparu. D’une façon générale, j’aimais beaucoup ce que faisait Jacques Antoine.

Cela dit, quand nous nous sommes portés candidats, j’ignorais tout de l’émission et j’ai fait le pari, gagné ensuite, qu’il ne s’agirait pas d’une émission stupide comme il y en avait déjà beaucoup. Mon épouse était d’ailleurs très réticente, car elle appréciait peu les jeux télévisés. Elle a accepté pour me faire plaisir.

Daniel Paccoud sur le plateau de "La Chasse au trésor" Anne Paccoud a accepté d'accompagner son mari à ce jeu télévisé pas comme les autres

Comment vous êtes-vous portés candidats pour cette émission ?

Mon attention a été attirée (en septembre ou octobre 1980) par une annonce sibylline diffusée sur la « 2 » qui recherchait des jeunes couples pour une nouvelle émission. Je ne me souviens plus du texte exact, toujours est-il que j’ai eu d’emblée l’intuition qu’il s’agissait bien de « ma » chasse au trésor. J’ai écrit et reçu par retour du courrier un questionnaire de sélection à remplir.

Que contenait ce questionnaire ?

Il s’agissait d’un questionnaire écrit portant sur de brèves énigmes concernant les pays participant à l’émission. A sa lecture, j’ai pu me conforter dans mon idée qu’il s’agissait bien de ce que je souhaitais. Je connaissais d’emblée certaines réponses, mais il a fallu que j’en cherche d’autres, et j’ai mis famille et mes amis à contribution ! Ma femme m’a laissé faire !

Je ne suis pas sûr de me souvenir de toutes les questions (je n’ai malheureusement pas conservé le document), mais je vais essayer d’en retrouver le plus possible dans ma mémoire :

Canada : dans le Grand Nord, qu’est-ce qui peut servir de monnaies d’échange ?

Réponse : des peaux ou de la graisse d’ours (fournie par un ami qui l’avait lue dans un magazine)

Suisse : pourquoi les croix du cimetière de Gruyères ont-elles des couleurs différentes ?

Réponse : la couleur indique la situation de famille du défunt (la réponse la plus difficile à trouver : j’allais abandonner quand j’en ai parlé à une tante de ma femme, religieuse de son état, qui a écrit à la mère supérieure du Couvent de Gruyères, laquelle m’a écrit la réponse par retour du courrier !) Pour l’anecdote, je suis passé à Gruyères 15 ans après et j’ai voulu vérifier : je n’ai pas constaté le fait !

France : pourquoi certains noms sont-ils soulignés sous l’Arc de Triomphe ?

Réponse : il s’agit des morts au champ d’honneur (trouvée dans le Guide Michelin ou le Quid)

Monaco : qu’a vendu le Prince de l’époque à la France en 1866 (je ne suis plus sûr de l’année) pour la somme de X francs-or ?

Réponse : les Communes de Roquebrune Cap Martin et Menton (je connaissais la réponse)

Belgique : quelle est la particularité de l’hôtel de ville de Bruxelles ?

Réponse : son beffroi n’est pas au milieu du bâtiment (j’ai imaginé la réponse après avoir cherché vainement partout et en observant les photos : en fait, je n’ai jamais su si j’avais donné la bonne réponse !)

Luxembourg : à ma grande honte, je ne me rappelle plus la question (la honte étant due au fait que je suis d’origine luxembourgeoise par ma mère, et il est probable que si je n’ai pas mémorisé la question, c’est parce que je connaissais spontanément la réponse).

 

Je crois me rappeler qu’il y avait 9 questions au total.

Comment avez-vous été prévenus que votre candidature était retenue ?

Par un coup de téléphone reçu très peu de temps après le renvoi du questionnaire ; j’ai été surpris, car je n’étais pas sûr du tout de 2 réponses …

Comment avez-vous été pris en charge à votre arrivée à Paris ?

Nos deux séjours ont été pris en charge financièrement. On nous a payé les billets d’avion Lyon-Paris (il n’y avait pas le TGV à l’époque). L’hôtel était réservé par la production et on nous a alloué une somme forfaitaire non ridicule pour les repas (je ne me souviens pas exactement du montant) ; je crois me rappeler qu’on nous a remboursé les déplacements aéroport et studio en taxi.

Êtes-vous allés plus tard sur les lieux du tournage de cette émission ?

Non, mais j’ai toujours l’intention d’y aller ; j’ai beaucoup aimé un film peu connu qui se passe à Céphalonie : « Capitaine Corelli » ; je l’ai visionné plusieurs fois.

L'affiche du film "Capitaine Corelli", réalisé en 2001 par John Madden

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse aux Trésors » et Philippe de Dieuleveult ?

C'est une très bonne idée ! J'aimais beaucoup cette émission, plutôt sous sa forme initiale sans « s » à Trésor. Cette émission représentait encore une télévision grand public de qualité. On était très loin des spectacles affligeants actuels !

Daniel Paccoud est salarié de Gaz de France, détaché comme Délégué Général de l’Association Française du Gaz, après avoir été Délégué Général de Gaz de France en Europe du Nord, basé à Berlin. Il a manifestement le goût des voyages, qu'il partage avec un certain Philippe de Dieuleveult. « Une de nos amies nous a dit après l’émission qu’elle était apparentée aux Dieuleveult. Elle nous a dit que c’était une grande famille, très ouverte au Monde. »

Témoignage recueilli en décembre 2004