Au cours de l'émission à Saint-Malo, Philippe de Dieuleveult saute en parachute depuis l'hélicoptère, afin de se faire rejoindre par un parachutiste sautant d'un avion, qui doit lui remettre le trésor en plein ciel. Ce parachutiste était un ami de Philippe, qui nous raconte, 24 ans plus tard, les coulisses de cette séquence qui a fait l'objet d'une préparation minutieuse.

Une séquence célèbre dans les archives de "La Chasse aux trésors" : Philippe sautant en parachute dans l'émission à Saint-Malo C'est un ami de Philippe qui le rejoint en parachute et le filme : Benoît Claire Le trésor passe d'une main à l'autre, en plein ciel, c'est gagné !

Comment avez-vous été sollicité pour cette séquence ?

J'ai été contacté par Philippe, que je connaissais depuis longtemps car nous avions effectué nos premiers sauts ensemble dans les années 72 à Bergerac. De plus, nous avions traversé le Sahara ensemble en 2 CV, ça crée des liens...

A l'époque je sautais beaucoup, car je m'entraînais pour les championnats de France de vol relatif, et j'ai trouvé sympa l'idée de faire ce saut avec Philippe.

Photo extraite de la page 33 de "La Chasse aux souvenirs" (Editions Ouest France), représentant Philippe de Dieuleveult, François Laurenceau et Benoît Claire lors d'une expédition au Sahara en 1973. Benoît Claire en 1973 (photo page 32 de "La Chasse aux souvenirs", Editions Ouest France) Photo extraite de la page 37 de "La Chasse aux souvenirs" (Editions Ouest France), représentant Philippe de Dieuleveult, Benoît Claire et François Laurenceau lors d'une expédition au Sahara en 1973.
3 photos extraites de "La Chasse aux souvenirs" dans lesquelles figure Benoît Claire

Avez-vous participé à l'élaboration de cette énigme particulière ?

Non, je pense que Philippe l'a fait avec le réalisateur. Bien que n'étant pas détenteur de beaucoup de sauts, il était en mesure de déterminer ce qui était faisable.

Y-a-t-il eu des répétitions ?

Oui, il y a eu quelques sauts de répétition pour Philippe qui n'était pas habitué au vol relatif, et pour moi, pour me permettre d'effectuer des essais de vidéo. En outre, il fallait coordonner les largages entre les deux aéronefs, ainsi qu'avec le sol, pour bien faire atterrir Philippe sur la plage de Saint-Benoît des Ondes, et pas dans la mer !

Philippe de Dieuleveult sait sauter en parachute mais il doit s'entraîner pour de telles retrouvailles en plein ciel Philippe s'éloigne et ouvre son parachute Atterrissage au bord de la mer, à Saint-Benoît des Ondes

Savez-vous si l'atterrissage à Saint-BENOIT des Ondes est un pur hasard ou un clin d'œil qui vous est fait ?

Je crois que c'est un pur hasard !

Pensiez-vous d'office que Philippe était capable de rester suffisamment concentré pour réaliser cette rencontre aérienne tout en conversant en direct avec les studios parisiens ?

En fait, même si je savais Philippe capable de faire beaucoup de choses à la fois, je craignais que, trop concentré sur son dialogue avec les candidats, et sur l'aspect technique du saut, il n'oublie les quelques mesures de sécurité indispensables. C´est pourquoi j'avais entre autres briefé son caméraman, afin qu'il vérifie trois choses importantes avant que Philippe ne saute de l'hélico : que ses cuissardes étaient bien fermées (afin qu'il ne passe pas à travers à l'ouverture du parachute), que la poignée de son parachute de secours était bien en place, et que l'aiguille qui fermait son parachute principal était également bien en place (afin d'éviter une ouverture prématurée dès la sortie de l'aéronef, ce qui aurait été évidemment catastrophique pour lui et pour l'équipage).

Philippe s'équipe méthodiquement avant le décollage de l'hélicoptère L'équipe technique a été briefé par Benoît Claire pour faire un certain nombre de contrôles de sécurité Difficile pour Philippe de rester concentré car il doit continuer son dialogue avec les candidats dans le studio

Comment étiez-vous synchronisé entre l'avion depuis lequel vous alliez sauter, et l'hélicoptère qui amenait Philippe ?

J'étais dans l'avion qui servait de relais radio. Si je me souviens bien, j'étais assis sur une caisse matériel radio. Donc nous avons décollé dès le début de l'émission. Je n'entendais absolument rien de ce qui se passait. Je ne communiquais qu'avec le pilote de l'avion, qui lui même avait le contact avec celui de l'hélico. Quand on en est arrivé au trésor concernant le saut, les deux aéronefs se sont rapprochés et ont pris l'axe de largage, et c'est moi qui ait fait dire à Philippe de sauter. En même temps qu'il a quitté l'hélico, j'ai plongé !

C'est tout simplement dans l'avion-relais de la liaison sonore que Benoît Claire est installé ! Benoît Claire est assis sur une caisse de matériel, dans l'avion qui transporte l'ingénieur du son Jean-Paul Le Fur Benoît Claire va donner le signal à Philippe quand l'avion et l'hélico seront dans l'axe de largage

Philippe attend le signal pour sauter

Ça y est, Philippe saute de l'hélicoptère !

Au même moment, Benoît Claire saute de l'avion avec le trésor, et se lance à la poursuite de Philippe

Dans le livre "La Chasse aux souvenirs", on peut vous voir en photo avec Philippe en vol, ce qui laisse supposer la présence d'un 3ème parachutiste qu'on n'aperçoit pourtant pas durant l'émission ?

La photo en chute libre provient en effet d'un photographe volant en même temps que nous... mais c'était à Vannes pendant un saut d'entraînement !

Les photos de presse dans lesquelles on voit Benoît Claire et Philippe de Dieuleveult en plein ciel n'ont pas été prises pendant le tournage réel, mais pendant les répétitions (Photo page 86 de "La Chasse aux souvenirs", éditions Ouest France)

De quel matériel spécifique aviez-vous besoin pour filmer Philippe ? Aviez-vous l'habitude de filmer ainsi en vol ?

Honnêtement, je ne me souviens plus du tout de la marque... Ces images sont drôles à voir car on a l'impression d'être encore dans la préhistoire de la vidéo en chute libre : énorme caméra sur le casque et magnétoscope sur le ventre. Depuis, que de progrès ont été faits, tant dans la miniaturisation que dans la qualité des images ! Je n'étais pas un professionnel de la prise de vue en chute (ça se voit !), mais j'en avais déjà fait.

Faire des prises de vues en chute libre n'est pas si simple et Benoît Claire s'en est très bien sorti ! Philippe de Dieuleveult sous son parachute, filmé par Benoît Claire Après l'atterrissage Philippe de Dieuleveult fait remarquer que le parachutiste est équipé d'une caméra

Que s'est-il passé après le tournage ?

La tension de l'action étant retombée, et tout s'étant bien passé, nous avons bien rigolé, et nous avons visionné. Comme toujours, étant chacun dans son domaine des perfectionnistes, je me souviens que nous étions un peu déçus, car l'émotion intense que nous avons ressentie nous semblait assez peu ressortir du rush.

La séquence est terminée, les 2 parachutistes Philippe de Dieuleveult et Benoît Claire sont rejoints par l'hélicoptère sur la plage de Saint-Benoît des Ondes Sourires de soulagement pour les 2 protagonistes de cette séquence réussie de "La Chasse aux trésors" Benoît interviewé par son ami Philippe après l'atterrissage

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse aux Trésors » et Philippe de Dieuleveult ?

Je trouve cela sympathique, tout en étant évidemment assez "remué" par le souvenir de Philippe, qui, comme je vous l'ai indiqué, était un ami.

Philippe a écrit cette dédicace aux candidats de l'émission à Saint-Malo : "Vive le parachutisme"
"Vive le parachutisme"
Dédicace de Philippe de Dieuleveult
adressée aux candidats de cette émission

Benoît Claire dirige aujourd'hui une société de services financiers en Allemagne. Il a arrêté le parachutisme il y a environ dix ans, après plus de 2 000 sauts et plusieurs participations aux championnats de France en vol relatif : « Je garde de cette époque de ma vie, par les émotions qu´elle m´a procurées et les rencontres que j´ai faites, un souvenir ému. Et je garde pour moi ce dicton "Seuls les parachutistes savent pourquoi les oiseaux chantent." »

Benoît Claire est aujourd'hui directeur d'une société de services financiers (photo Coface)

Voir également le témoignage du pilote d'hélicoptère, des candidats, et les photos inédites du caméraman Patrick Fabry.

Témoignage recueilli en octobre 2007