Vous rappelez-vous du jour de tournage de cette émission ?

C'était quelques jours avant ou après Pâques 1981. La veille, Philippe Gildas avait interviewé Valéry Giscard d'Estaing.

(la diffusion a eu lieu sur Antenne 2 le 6 septembre 1981)

Philippe Gildas interviewe Valéry Giscard d'Estaing la veille du tournage de "La Chasse au trésor" à Fort Boyard. Cette vidéo est disponible sur le site de l'INA.
L'interview de Valéry Giscard d'Estaing par Philippe Gildas a été diffusée sur TF1 le 21 avril 1981.
Cliquer ici pour aller sur le site de l'INA qui propose cette vidéo.

Connaissiez-vous l'émission avant d'y participer, car il n'y avait eu que peu de diffusions avant Pâques ?

Quelques émissions avaient effectivement été diffusées avant l'enregistrement de la nôtre ce qui nous a permis de savoir en quoi cela consistait.

Gérard et Annie Nicolas sont sur le plateau de "La Chasse au trésor"   Philippe Gildas présente les candidats, la veille il a interviewé le Président de la République !

Combien de jours au préalable avez-vous été prévenue avant le tournage ?

Je n'en ai aucun souvenir...

Pourquoi vous êtes-vous portée candidate pour cette émission ?

Juste "pour voir"... J'avais entendu un soir assez tard l'appel à candidature mais je n'avais pas réagi. Ayant entendu de nouveau l'appel quelques temps après, j'en ai parlé à mon mari. Comme l'annonce parlait d'histoire et de voyage, et que c'étaient des domaines qui nous intéressaient, nous nous sommes inscrits. Nous ne pensions pas être sélectionnés...

Philippe Gildas lit le texte de l'énigme aux candidats Gérard Nicolas Annie Nicolas répond aujourd'hui à nos questions

Avez-vous passé des tests de sélection ?

Oui, nous avons alors reçu un questionnaire de connaissances générales et historiques.

Vous souvenez-vous de certaines des questions, et des réponses que vous aviez apportées ?

La seule question dont je me souvienne est "A quoi correspondent des tombes blanches dans le cimetière de Gruyère en Suisse ?" Nous avions téléphoné à plusieurs habitants de cette ville choisis au hasard, et ainsi nous avons eu la réponse.

Comment avez-vous été prévenue que votre candidature était retenue ?

Je ne sais plus, par un courrier je pense.

Il est assez étonnant que vous ayez participé à une émission se déroulant en France, car d'après l'un des principes de sélection, il n'était pas possible que les candidats soient originaires du pays où se déroulait le tournage. Savez-vous pourquoi vous êtes, à ma connaissance, la seule exception à ce principe ?

Je ne connaissais pas cet élément du règlement, même si nous avions remarqué que les candidats avaient toujours des énigmes d'autres pays. L'enregistrement étant tôt le matin, nous avions calculé des décalages horaires et nous pensions avoir à faire à un pays étranger (nous avions révisé quelques moments historiques sur quelques pays) et sur le coup nous étions un peu déçus de n'être « qu'à » Fort Boyard ! Puis nous avons été pris par le jeu. En fait l'enregistrement était tôt le matin car il y avait un problème de marée.

Comment avez-vous été prise en charge pour votre venue à Paris ?

Il me semble que nous avions retenu nous-mêmes l'hôtel, et le matin de l'enregistrement, nous avons pris un taxi jusqu'au studio. Le midi nous avons dû prendre un repas rapide avec les producteurs (dont Jacques Antoine).

Avez-vous conservé des documents relatifs à ce tournage, le texte de l'énigme par exemple ?

Non... Tout avait été rapidement remballé... Et à la fin de notre tournage, nous ne savions même pas si nous avions gagné ou non, n'étant pas certains que Philippe ait trouvé la tabatière dans les temps. Il n'y avait pas de liaison vidéo, tout se faisait par le son entre Philippe de Dieuleveult et nous, et à la fin de l'émission il y avait quelques problèmes de liaison. Nous avons fini l'émission sur cette incertitude mais, simplement par liaison sonore, Philippe de Dieuleveult nous avait affirmé que c'était bon, qu'il avait retrouvé la tabatière avant le signal. La production avait l'air d'accord mais elle nous a dit attendre vraiment confirmation à la vue des images.

36:11, Philippe arrive à Fort Boyard

40:53, après 3 tentatives dangereuses, le pilote confirme l'impossibilité de se poser au sommet du Fort

42:21, Philippe a ôté son équipement, il sort sur le patin de l'hélicoptère

42:33, Philippe saute dans les eaux glacées du Fort

42:44, le souffle du rotor complique sa progression, au risque de le noyer

43:33, Philippe a atteint l'escalier latéral du Fort

En studio, pas d'image, et plus de son, impossible de savoir ce qu'il se passe...

44:42, Philippe est dans la cour intérieure du Fort Boyard, en train de creuser

44:46, Philippe brandit la tabatière de Napoléon, trouvée 14 secondes avant la fin du temps réglementaire

Comment avez-vous finalement appris que vous aviez gagné ?

Nous avions un numéro de téléphone pour joindre Jean-Hugues Noël à la production. Nous lui avons effectivement téléphoné pour connaître "le verdict" (si je me souviens bien, la production n'a pas mis trop de temps pour nous le confirmer), mais aussi pour savoir quand l'émission serait diffusée ou même garder un petit lien.

L'hélicoptère s'éloigne du Fort et Philippe ne sera récupéré que bien plus tard   Les candidats repartiront du studio sans savoir s'ils avaient gagné

Etes-vous allée plus tard sur les lieux de tournage de cette émission ?

Non, nous connaissions déjà un peu la région et le Fort Boyard était inaccessible. Mais nous l'aurions fait si notre émission s'était déroulée dans un pays étranger.

Que pensez-vous de notre idée d’un site dédié à « La Chasse au Trésor » et Philippe de Dieuleveult ?

Philippe de Dieuleveult était très sympathique. Il est certainement intéressant de voir l'évolution de l'émission, mais j'ai très peu de souvenirs précis de cette période. Je vous souhaite bon courage pour continuer votre recherche des candidats et enrichir votre site.

Ce n'est pas moi qui ai retrouvé Annie Nicolas, c'est son fils qui, après avoir consulté par hasard le site, m'a contacté et m'a mis en relation avec elle. Je lui dois une fière chandelle, car sa maman habite aujourd'hui bien loin de Dijon où elle était installée en 1981, et sans son message "providentiel", je suis certain que j'aurais eu beaucoup de difficultés pour la retrouver !

Témoignage recueilli en janvier 2007