Annick Vaclin était assistante de production chez "Télé Union Productions". Elle a assisté à tous les tournages de la version française de "La Chasse aux trésors" entre 1982 et 1984. Elle a gentiment accepté de répondre à quelques questions par téléphone.

Quand avez-vous commencé à travailler sur "La Chasse aux trésors" ?

J'ai commencé à travaillé sur "La Chasse" lors de la 2ème saison. Ma "première" émission était celle à Appenzell, en Suisse, avec les candidats Pierre et Chantal Launais.

Votre nom n'est apparu au générique qu'en 1984 !

Oui, au début de ma troisième année, c'était un peu une sorte de reconnaissance pour mon travail !

Le nom d'Annick Vaclin sur le générique de 1984

Justement, pouvez-vous résumer votre rôle dans l'émission ?

Je m'occupais des candidatures, des réservations du studio pour les tournages, pour le montage, des relations avec les chaînes pour les diffusions, etc...

Et du courrier des téléspectateurs, puisque c'est vous qui m'aviez écrit en 1982 !

C'est vrai, je répondais aussi au courrier des téléspectateurs, qui arrivait soit directement à Télé Union, soit arrivait à Antenne 2 qui nous le faisait suivre.

Comment se passaient les sélections des candidats ?

Les demandes de candidatures que nous recevions faisaient déjà l'objet d'un filtrage. Elles passaient dans les mains d'un psy, je crois. Ensuite, les candidats recevaient un dossier avec des questions qui étaient étudiées et entraînaient un deuxième filtrage. Enfin, nous organisions des tests chez Antenne 2, en simulant une "Chasse" avec une énigme à résoudre en conditions réelles grâce à de la documentation. C'est comme cela que nous procédions pour les candidats français, car les télévisions étrangères francophones avaient leur propre processus de sélection.

C'est moi ensuite qui prévenait les candidats retenus, et qui prévenait aussi ceux qui n'avaient pas été sélectionnés... Et nous avions toujours des candidats de remplacement pour chaque émission en cas d'indisponibilité de dernière minute de ceux qui avaient été retenus.

Vous me parlez des réservations de studio ?

Oui, je devais organiser la mise à disposition du studio pour tous les tournages de la version française. J'étais en contact avec les équipes sur place qui accompagnaient Philippe de Dieuleveult, et à cette époque j'étais joignable 24 heures sur 24. J'avais toujours avec moi les dossiers des émissions à enregistrer pour réagir à chaque situation de dernière minute.

 

Pour le montage, c'était pareil, il fallait prévoir les réservations de studios chez VCI, pour les émissions en français, et les émissions italiennes. Pour les autres versions enregistrées à Paris, les réalisateurs repartaient avec leurs cassettes et faisaient le montage chez eux. Il n'y avait que la France et l'Italie qui faisaient le montage à Boulogne.

Quelles étaient vos relations avec les chaînes qui diffusaient l'émission ?

Je devais veiller à ce qu'elles disposent de leur cassette à temps pour la diffusion. C'est moi qui était chargée de leur faire parvenir. Je me rappelle qu'une fois, TMC m'a téléphoné la veille pour me dire qu'ils n'avaient pas reçu la cassette devant être diffusée le lendemain... J'ai récupéré une copie, et j'ai pris le premier avion pour Monte Carlo, afin de leur apporter moi-même. Ça n'est arrivé qu'une seule fois, heureusement !

Qu'avez-vous fait après "La Chasse aux trésors" ?

J'ai encore travaillé pour Télé Union, sur des émissions comme "L'assassin est dans la ville" ou "Enigmes du bout du monde".

Jusqu'à ce qu'on me demande de travailler sur "Tournez Manège", ce qui ne m'a pas vraiment plu !

Annick Vaclin a quitté Télé Union sans pouvoir emporter d'autres souvenirs que ceux qui lui restent en mémoire. Elle travaille aujourd'hui à la programmation sur Canal Plus. Elle a bien voulu parler quelques minutes de cette "émission de fou" (comme le dit Philippe au milieu des éléphants à Kandy), avec un "fou" qui n'a rien oublié plus de 20 ans après, et surtout pas de la remercier pour le courrier qu'elle lui avait fait parvenir... en 1982 !

La signature d'un courrier datant d'août 1982 !

Témoignage recueilli en août 2004