J'ai fait mon premier vol avec Alain Parruitte en août 2000 à l'aérodrome de Longuenesse, lors d'un meeting aérien fortement perturbé par la météo. Il pilotait un Bell Jet Ranger de Prest'Affaires. Déjà, il avait fait un vol remarquable me permettant de faire des prises de vues aériennes avec facilité, mais il avait en plus débordé le temps de vol prévu pour les baptêmes d'au moins 2 minutes, car ma destination était hors périmètre...

A la mi-août 2002, je suis intéressé par des vols en hélicoptères proposés par "Opale Fun" au dessus du musée de la mine à Lewarde. Quelle n'est pas ma surprise de reconnaître, 2 ans après, Alain et son acolyte Gilles Leclerc. C'est là que s'est décidée notre réservation de vol pour notre mariage un mois plus tard. Alain reste donc associé à un grand jour de mon existence et je ne pourrais l'oublier.

J'ai ensuite rencontré Alain début mai 2004 sur l'hélistation d'Hélico Somme. C'était pour l'organisation des vols demandés par mes collègues de travail, ce qui m'a valu de nombreuses conversations avec lui durant tout le mois pour la préparation de 12 rotations personnalisées de 15 minutes le 29 mai. J'ai volé de nouveau avec lui durant 15 minutes à la mi-juin 2004, et il avait eu encore une fois la gentillesse de venir me chercher sur l'aérodrome le plus proche de mon domicile.

J'ai vécu l'annonce de son accident fatal comme une tragédie, d'autant plus que l'article sur notre mariage allait paraître quelques jours après, car le numéro 62 d'Hélico Revue était déjà sous presse. C'est pour cela que la rédactrice en chef Irène Ducret m'a immédiatement demandé de lui rendre hommage dans le numéro suivant.

L'hommage à Alain Parruitte en page 61 de l'Hélico Revue n° 63